La méthode COLO

cropped-diabolo

 

La méthode « Colo » (je lis en couleurs) est destinée aux apprentis lecteurs de 1ère et 2ème primaires (CP+ CE1).

 

format pdf

Je sais lire-avec l’aide de Colo

Colo Vert

Colo jaune

Colo orange

Colo rose

colo bleu

Crédit photo:  extrait du générique du dessin animé « Satanas et Diabolo » réalisé par Joseph Barbera et Williams Hanna.

Publicités

Prédateurs sexuels : comment protéger nos enfants !

 Prédateurs sexuels : comment protéger nos enfants !

enfant

Le sujet du jour est un thème sensible, soigneusement caché aux tréfonds du tabou. Pourtant il est essentiel d’en parler afin de mieux protéger nos jeunes citoyens de demain. Le prédateur d’enfants peut être n’importe qui : un membre de la famille, un professionnel de l’éducation, un entraîneur sportif, un prêtre, quelqu’un de l’entourage proche… Il n’est pas possible de surveiller notre enfant soi-même 24 heures sur 24, il est donc du devoir de chacun, parents et professionnels, de jouer un rôle actif dans la sensibilisation et la protection de nos enfants.

 

Prendre conscience et… dialoguer

Il n’est pas possible de dresser des statistiques précises sur le profil principal d’un prédateur d’enfants. Les typologies sont diverses même si nous retrouvons des liens comportementaux qui les unissent. Sans sombrer dans la paranoïa, il faut déjà prendre conscience que le prédateur peut être n’importe qui, notamment quelqu’un en qui nous avons une entière confiance !

Notre première responsabilité consiste à créer un environnement propice à la confidence. Il est essentiel d’expliquer à l’enfant, dès son plus jeune âge, que si il rencontre un problème quel qu’il soit avec un jeune de son âge (ou plus jeune), un plus grand ou un adulte, il peut venir nous en parler. Il ne sera ni grondé, ni puni ! Apprenons-lui à communiquer ses sentiments positifs (joie, bien-être…) et ses sentiments négatifs (peur, gêne…)

Nous devons travailler notre observation et différencier ses attitudes lorsque tout va bien et lorsqu’il exprime un malaise. Décoder le non verbal de l’enfant nécessite de passer du temps avec lui, de communiquer en face à face afin de mieux cerner ce qu’il ne nous dit pas.

Pour mieux sensibiliser l’enfant, il faut s’informer soi-même sur les différents comportements adoptés par les prédateurs. Connaître leurs façons de penser et leurs modes d’approches des victimes permet de mieux maîtriser le sujet, de mieux alerter les jeunes mais aussi de mieux identifier un éventuel prédateur. Pour comprendre les modes opératoires de ces individus, que ce soit dans la vie de tous les jours ou sur internet, je vous conseille quelques lectures sur le sujet :

 

“La pédophilie ou les maux d’enfants” – de Nadine Grafeille , Jean-Marie Grafeille La pédophilie ou les maux d’enfants

“Un enfant à la fois : protéger nos enfants des cyberprédateurs” –Collectif

unenfantalafoix

 

Blue and Brown Classroom – dossier parler de la maltraitance sexuelle.pdf

 

Avertir l’enfant ET l’adolescent

La prévention du corps de l’enfant peut commencer lorsqu’il est tout jeune, vers 3 ou 4 ans. En tant que parents, il est primordial d’en discuter calmement, pourquoi pas sous forme de jeux, sans faire naître la peur ou une méfiance extrême. Cette prévention doit d’abord venir de nous-mêmes. En France, il ne faut pas vraiment compter sur les établissements scolaires dont la plupart refusent catégoriquement d’organiser ce type d’intervention. L’association CriminoNET se heurte à cette problématique depuis des années.

Ainsi, nous devons parler ou continuer d’informer sur la pédophilie et les agressions avec les pré-adolescents et les adolescents. Concernant le repérage d’un éventuel abus sexuel ou autre maltraitance, il faut s’interroger sur les traces visibles sur le corps : ecchymoses, fractures, brûlures, cicatrices, traces de strangulation, bleus, plaies ouvertes, blessures et pertes anales et vaginales… Mais il faut également surveiller tout changement de comportement.

En ce qui concerne les adolescents, ces derniers adoptent souvent des conduites étranges, avec des humeurs très changeantes. Cela est tout à fait normal mais ce n’est pas pour autant qu’il ne faut pas observer ce qui se passe. Bien sûr, il peut arriver que nous nous fassions une fausse idée de la situation, c’est pour cela qu’il faut communiquer efficacement avec l’enfant et l’adolescent. Car il n’y a pas un comportement “type” révélant un abus sexuel, mais différentes variétés de réactions que nous nous devons de savoir repérer.

Pour cela,  ci-dessous, un dossier spécial afin de vous aider, parents mais aussi professionnels de l’enfance, à observer efficacement et à réagir rapidement. Vous y trouverez des conseils mais aussi des consignes que vous pourrez travailler avec vos enfants, un guide pour faire un signalement, des livres et une charte spéciale pour les petits ! Je vous invite à diffuser cet outil gratuit autour de vous, car la prévention est l’affaire de tous !

 

Dossier-prédateurs-enfants

Autre site: http://www.childfocus.be/fr

 

Sources:  http://sylvia-breger.com/ 

                    http://www.criminonet.com/

Analyse : les types de phrases

Objectifs opérationnels :
Au terme de la leçon, vous devriez être capables de :
1) définir chaque type de phrase ;
2) distinguer les différents types de phrases ;
3) transformer une phrase en un type donné.

Etant donné que cette matière provoque de nombreuses difficultés dans la classe, je vous propose différents exercices à ce sujet. Pour vérifier vos réponses, je vous ai aussi inséré le correctif de chaque exercice.

Bonne remédiation!

1° Feuille d’exercices n°1 :

Exercices

Correctif

2° Feuille d’exercices n°2 :

Exercices

Correctif

3° Feuille d’exercices n°3 :

Exercices

Correctif

4° Feuille d’exercices n°4 :

Exercices

Correctif

5° Feuille d’exercices n°5 :

Exercices

Correctif

 

 

L’éveil musical à l’école primaire

L’apprentissage de la musique, c’est bien plus que la musique

Les recherches en éducation nous apprennent que les apprentissages acquis en éducation musicale sont transférables dans toutes les autres disciplines. Un bon enseignement musical favorise de meilleurs résultats dans d’autres disciplines. La musique permet le développement de compétences en lecture, en mathématiques. L’apprentissage de la musique développe la créativité, la réflexion, la résolution de problèmes, la capacité à poursuivre un projet à long terme et la connaissance des autres.

Faire de la musique est en soi un concept extraordinaire d’enrichissement…

Scientifiquement, l’enseignement de la musique et des arts est mesurable, apporte le développement de plusieurs compétences académiques et sociales durables. Les études démontrent que l’éducation musicale doit être accessible à tous les élèves.

Apprendre la musique augmente les chances de succès dans d’autres matières scolaires

La musique est un langage qui développe des habiletés chez les enfants qui n’excellent pas en expression orale. De plus, la musique développe  la coordination, la motricité fine (jouer d’un instrument – le doigté), une meilleure capacité d’abstraction, les habiletés verbales…
Aux États-Unis, dans les écoles offrant des cours d’enrichissement en arts, les résultats académiques des élèves sont de 12 à 20 points plus élevés que la moyenne obtenue dans d’autres écoles.
Les pays qui obtiennent les résultats les plus élevés en mathématiques et en sciences sont le Japon, la Hongrie et la Nouvelle-Zélande. Dans ces trois pays, l’enseignement de la musique occupe une place quotidienne (chaque jour) dans les écoles primaires. Au Japon, tous les enfants jouent d’un instrument de musique ou chantent dans la chorale.

Apprendre la musique a aussi des retombées positives sur la santé

L’apprentissage de l’art permet une diminution du stress et augmente le système immunitaire pendant les trois jours qui suivent l’activité. La pratique d’un art ne permet pas uniquement le développement du cerveau dans son entièreté, mais aussi la santé des élèves. Le comportement des élèves pratiquant régulièrement un art, diminue les comportements agressifs et délinquants.

Les recherches ont démontré que la pratique musicale:

  •  Augmente les résultats académiques et les habiletés sociales
  •  Structure la mémoire procédurale
  •  Facilite le développement du langage, de la lecture, de l’expression
  •  Fait appel à la plupart des facultés humaines: persévérance, intelligence, créativité, sentiments…
  •  Développe la sensibilité kinesthésique, émotive et esthétique
  •  Permet le transfert des compétences transversales
  •  Amène les élèves à avoir une image positive face à l’école
  •  Développe le sentiment d’appartenance à l’école

Après avoir énoncé les bienfaits de l’éveil musical dans l’enseignement primaire, je vous propose une leçon de chant assez amusante à réaliser : Mam’selle Angèle.

Cette activité musicale permet aux enfants de mémoriser les paroles, de chanter et d’effectuer des gestes afin de mimer la chanson. L’objectif final est que l’enfant soit capable de chanter une chanson collectivement en effectuant les gestes, les mimes adéquats.

Les enfants se sont bien amusés et bien défoulés lors d’un après-midi. Il a été aussi convivial de l’effectuer plusieurs fois encore tout le long de la semaine; dans ce cas, lorsque les enfants se sont bien imprégnés des paroles et des gestes, il peuvent faire l’activité par groupe devant leurs camarades.

Voici les documents nécessaires pour réaliser cette leçon :

1° La fiche technique expliquant les différentes démarches de l’activité et les objectifs énoncés.

La fiche technique

2° Les paroles de la chanson ainsi que les gestes à effectuer.

Paroles de Mam’selle Angèle